Politique d’aménagement et stratégie de développement: les deux piliers de la planification territoriale

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Alors que la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, madame Andrée Laforest, appelle à une « grande conversation nationale » sur l’aménagement du territoire (depuis février 2020) et qu’une Stratégie de développement local et régional est en gestation au ministère de l’Économie et de l’Innovation, l’occasion est propice pour repenser le mode d’occupation et de développement territorial.

La poursuite de l’urbanisation diffuse, exacerbée par des événements récents mettant en opposition des mesures de contrôle de l’étalement urbain et des autorisations du ministère des Affaires municipales à des modifications du schéma d’aménagement de la MRC de Montcalm pour des développements résidentiels à faible densité hors des périmètres d’urbanisation, rappelle l’urgence d’une Politique nationale d’aménagement du territoire réclamée depuis plusieurs années. Est-ce que le ministère des Affaires municipales prend la pleine mesure des effets néfastes de l’étalement urbain sur les terres agricoles et les coûts collectifs de ce mode de développement?

Aménagement du territoire et stratégie gouvernementale de développement local et régional sont les deux piliers d’une politique globale de l’espace habité. Celle-ci s’inspirera d’une vision commune et garantira l’harmonisation des interventions, la rigueur et la cohérence dans les actions pour une meilleure mise en valeur du territoire québécois.

Lire la suite

Commentaires partagés sur Facebook

Une réponse

  1. Cessons d’agrandir les villes comme Laval, Mirabel et autres villes de la plaine du St Laurent. Ce sont les meilleures terres agricoles qui disparaissent dans le développement domiciliaire et industrielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

ARTICLES CONNEXES