Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Attention !!  Vous ne lirez ici ni statistiques, ni références à quelque état collectif qui soit de notre société; mais plutôt un état d’âme déposé sur le papier recyclé de l’emballage, un peu désabusé, d’un de ces matins… Un de ces matins où Je ne peux plus lire les commentaires hargneux, colériques, violents qu’on se lance à la gueule sur les réseaux sociaux, comme autant de munitions pour déstabiliser, atteindre, blesser. Comme autant d’insultes et d’injures qui n’aident en rien ce grand VIDE collectif qui nous habille de bienveillance parfois ou d’indifférence souvent. Selon l’esprit du moment. Selon l’annonce de l’instant.

Mais l’ami.e,  ta vérité n’est pas meilleure que la mienne et la mienne pas plus juste que la sienne. Qu’attendons-nous pour avancer ensemble, à coup d’écoute et de solidarité, dans cet espace-temps inconnu et imprévisible qui nous assaille aujourd’hui. Mais que nous sommes loin de l’esprit de Noël…

Je suis fascinée par cet esprit des Fêtes qui revient chaque année par chez nous, avec ses sourires d’enfants aux joues rosées… Ces lumières scintillantes qui parfois frisent l’indécence… Ces odeurs de grands-mères dans nos cuisines, de p’tit vin joyeux dans nos yeux… Ces sourires coquins dans nos bureaux, nos écoles… Et bien aujourd’hui il s’est tu. SILENCE ! Et j’ai peur que ces fractures familiales laissent des cicatrices indélébiles au lendemain d’une ère postpandémique. Mais que nous sommes loin de l’esprit de Noël…

Noël qui peut être le plus vicieux des amis lorsque tu es seul, malade ou simplement incapable de gâter ce petit bout de vie qui est le tien. Parce que quand le bonheur se calcule en sous et qu’il est aujourd’hui compté plutôt que conté, il peut devenir le plus triste des moments d’arrêt. Mais que nous sommes loin de l’esprit de Noël…

Ce matin j’ai envie de le raconter, de retrouver sa magie. Que cet enfant soit né dans cette étable en ce froid matin de décembre, ou que ce ne soit pas le cas… Que certains y croient et d’autres non, on la connait cette chanson… Est-ce vraiment important? Et si la magie de Noël c’était de regarder ceux qu’on oublie de regarder! De donner au suivant… d’amorcer de réels changements, si petits soient-ils et de les continuer le reste de l’année… Si cet esprit magique qui règne dans nos maisons pouvait souffler, tel un vent du Nord colérique et parsemer les petits chemins de sourires et de rires… Et ce, même à distance… En cette année à oublier… Si nous pouvions, d’amour, contaminer… Que les gens y croient ou non, est-ce vraiment si important ? Donnons-nous collectivement ce devoir de réparation, de réconciliation… Avançons ensemble vers ce monde en mouvance qui nous sert aujourd’hui, la plus féroce des leçons.

Et si nous devenions, collectivement ce gros bonhomme rouge à barbe blanche et qu’ensemble nous offrions un tout petit peu de notre avoir et beaucoup de notre être et de notre temps pour offrir, réparer, aimer…. Peut-être arriverions-nous à bâtir ce Noël à l’année! Cet esprit de partage et de joie que je sens monter en moi comme la sève en l’érable quand décembre revient et ce, malgré l’horreur des mots qui dansent trop souvent sur chacun de nos écrans.

Et si aujourd’hui nous posions ensemble cette première pierre, qui servirait à façonner un monde meilleur, plus équilibré, juste, équitable…. Et si c’était possible…Et si nous devenions ce bâtisseur de changement, ce maçon du bonheur, cet ouvrier au plus grand et plus noble des chantiers….

Parce que Qui sait? À Noël, tout peut arriver…

Ah mon cher Père Noël,

Les premiers flocons te précèdent… Les maisons se maquillent…. Et déjà les magasins fourmillent… Père Noël je fais appel à toi. Je ne souhaite ni festin, ni cadeaux, mais un peu de magie. Tu sais, mon Québec est malade tout comme le reste du monde. Il est devenu le ring morose d’insultes, d’égoïsme et de nombrilisme. Les cœurs sont asséchés.

Notre convalescence sera longue… Les effets secondaires puissants….

Mais juste de te l’écrire je me sens déjà mieux. Est-ce le pouvoir magique de ta féérie de Noël ou la résilience légendaire de l’humain. J’abrège ici ma conclusion mais Père Noël, dans ton grand Nord, au fond là-bas, n’oublie pas cette année de remettre amour et espoir dans nos souliers petits et grands….

Commentaires partagés sur Facebook

2 réponses

  1. Très beau texte qui nous porte à réfléchir. Pour ma part, je crois que l’esprit de Noël existe encore, beaucoup plus qu’on ne le pense. Le problème c’est qu’il est timide… Il se contente du sourire qu’il provoque et des étoiles dans les yeux de celui qui le reçoit. Il ne se met pas en évidence sur les réseaux sociaux…

    Peut-être qu’on le remarquerait plus souvent si on levait les yeux de nos écrans et qu’on restait sourds aux notifications de nos téléphones de temps et temps ? Joyeux Noël à tous, je nous souhaite collectivement un grand débranchement question de voir ce que l’on ne voit pas au quotidien.

    1. Abolument !! Détachons-nous de nos écrans mais après avoir parsemé ceux-ci de gros câlins virtuels pour embellir quelque peu ce monde convalescent… Joyeuses Fêtes !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

ARTICLES CONNEXES