Sondages en temps d’élection?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Voilà une question qui me turlupine à chaque nouvelle élection. D’un côté, étant une fan de politique, je me plais à regarder, décortiquer, analyser tous les sondages qui sortent semaine après semaine durant les campagnes électorales et, d’un autre côté, je rage intérieurement du dommage collatéral que ceux-ci font à la démocratie.

Oui, oui, dommage collatéral! Ces mots ne sont pas, à mon sens, excessifs et je m’explique.

Démocratie : Système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple.

Dommage collatéral : Se dit des conséquences imprévues, et généralement négatives, d’une action, d’un événement, et des personnes qui les subissent.

Alors voici qu’en bons citoyens éclairés que nous sommes, bien sûr, tous et toutes, nous savons de façon intrinsèque pour qui voter, en lien avec les valeurs qui nous animent. Du moins, si nous ne le savons pas, nous prenons bien soin de consulter, de comprendre et d’analyser chaque plateforme électorale. Nous voici donc parés, tel un don quichotte collectif à l’assaut de moulins à vent, à changer un tant soit peu le monde afin qu’il nous ressemble davantage et tienne compte des grands enjeux qui nous habitent, que ceux-ci soient d’ordre économique, environnemental, social ou autre.

Blague à part, le geste de voter vient avec une grande responsabilité. C’est un devoir et un privilège à ne pas prendre à la légère, qui fait l’envie de bien des humains sur Terre. Rappelons par exemple qu’au Québec, les femmes ont obtenu le droit de vote que récemment dans l’Histoire, soit en 1940.  Bref, c’est un geste important qui demande d’être traité avec respect, qui impose d’être bien informé afin de faire un choix éclairé. Ce qui, de nos jours, est quand même assez facile avec toutes sortes d’outils de vulgarisation mis à notre disposition. Par exemple, en cette élection fédérale 2021, pour quiconque qui n’a pas le temps ou le goût de s’informer en profondeur sur les programmes de partis, Radio-Canada a mis de l’avant un outil bien sympathique pour comparer les plateformes à travers différents enjeux. Consultez le comparateur.

Voilà donc que la réflexion se développe et se peaufine au fil de la campagne jusqu’à la certitude qui nous habite de faire le SEUL et BON choix pour l’avenir de notre pays. Nous allons donc voter avec notre CŒUR, nos VALEURS et notre INTELLIGENCE.

Ah, mais ça, c’est la théorie!  En effet, cette quasi-certitude de faire le bon choix nous habite jusqu’à l’arrivée des nombreux, fréquents et envahissants sondages et des différentes analyses qui s’y rattachent. Et croyez-moi, je suis la première à les consulter, étant passionnée de politique, mais en étant consciente que ceux-ci sont très loin de la science exacte et en essayant très fort de ne pas tomber dans le vote stratégique qui amène avec lui son lot de cynisme. J’ai le goût de voter POUR quelque chose – une vision, des actions, des valeurs – et non CONTRE le parti le plus susceptible de gagner selon tel ou tel sondeur.

Je ne me ferai sans doute pas d’amis en affirmant cela, surtout auprès des firmes de sondages, alors pour me faire pardonner et pour les amateurs de données, voici des liens intéressants vers les principaux sondages politiques réalisés récemment.

Léger, Ipsos, Angus Read, Abacus data,  Ekos, Nanos Research, Qc125 (compilation de sondages) et bien d’autres. Bref, il y en a pour tous les goûts. Et attention, à l’heure de publication de ce billet, ces différents résultats seront déjà bien obsolètes…

Le président d’un grand festival au Québec affirmait, il y a quelques années, que l’ennemi du festival n’était pas la météo, mais bien les prévisions météorologiques; bien que celles-ci s’avèrent souvent fausses ou imprécises, les gens s’y réfèrent beaucoup avant de planifier leurs sorties. Je ne peux m’empêcher de faire un certain parallèle.

Pour les sondages en campagne électorale, c’est la même chose. S’il n’en tenait qu’à moi, ceux-ci seraient proscrits afin que l’exercice électoral soit le juste reflet du souhait d’une population.

Sur ce, bonne réflexion, bonne analyse et surtout:

ALLEZ VOTER!

Commentaires partagés sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

ARTICLES CONNEXES