Série sur la démocratie municipale

Les élections municipales sont maintenant derrière nous, la série Dans notre cour : série sur la démocratie municipale aussi. Nous souhaitons leur héritage porteur d’espoir. La démocratie municipale est en constante évolution et il nous appartient de la modeler à nos ambitions collectives. En espérant que l’importance qu’on accorde à
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
1985 ou 1986. Élections municipales. J’ai 9 ou 10 ans. Je suis en 5e année, j’ai mon premier contact avec la démocratie de proximité et j’ai compris l’importance d’aller voter. Comment ? Une enseignante pas comme les autres a fait de la campagne électorale son projet de classe. Elle nous
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Les élections municipales sont malheureusement de plus en plus boudées, surtout dans les grandes villes du Québec. Est-ce le fruit des réorganisations administratives et des fusions qui font perdre les liens de proximité avec des territoires vécus? Est-ce un manque d’information dans des médias, qui nous inondent de choses
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Notre ruelle – La Girafe – est vivante et de beaux projets y naissent, portés par les voisins (contes pour enfants, films, fêtes, concerts, …). Il y a une volonté forte d’y créer une communauté ouverte et solidaire. Et je me pose la question : quelle devrait être la
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Quoi de mieux qu’un Kasàlà pour louanger la démocratie en cette très intéressante période d’élection municipale.   Mais d’abord : Qu’est-ce qu’un Kasàlà ? Jean Kabuta le décrit ainsi dans son livre Le Kasalà : Une école de l’émerveillement paru aux Éditions Jouvence en 2016 :   « Art oratoire d’inspiration africaine, le kasàlà
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Municipalis, c’est un adjectif qui vient du latin et qui signifiait « qui appartient à un…municipe ! » Et un municipe était une cité italienne qui se gouvernait par ses propres lois, mais dont les habitants étaient obligés de participer aux charges financières et militaires de l’Empereur, propriétaire de ces territoires.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
On sonne à la porte. Qui peut bien se présenter un vendredi soir à l’heure du souper? En ouvrant la porte, je découvre un vélo négligemment déposé par terre. Son propriétaire debout sur le seuil de notre porte me salue avec une poignée de main ferme. Je le reconnais
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin