Participation citoyenne

La vitalité démocratique de la société est une condition nécessaire pour que la gestion des biens communs corresponde aux impératifs de la transition socioécologique. L’accès à des logements convenables, la protection des réserves d’eau, la sauvegarde des terres agricoles et des milieux humides, l’aménagement du territoire, mais aussi l’éducation
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
La participation des citoyens et des citoyennes à la vie municipale, est-ce seulement un rêve, une utopie?  NON, c’est de plus en plus une réalité souhaitable et concrète. Voici quelques exemples existants : Boucherville s’est dotée d’un Secrétariat à la participation citoyenne en 2011 dont la mission est de « Soutenir
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Le 16 juin 2017, le gouvernement du Québec adoptait la loi 122 sur les gouvernements de proximité venant changer certaines règles dans le monde municipal. Parmi ces changements, on offrait à chaque municipalité la possibilité d’être « […] exemptée de l’approbation référendaire en urbanisme à la condition d’avoir adopté une
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Les préoccupations pour la participation citoyenne ont pris leur place dans les débats publics des dernières années, et se sont notamment incarnées dans les processus d’élaboration de politiques ou de plans d’action, tant sur les questions touchant au développement social, au développement des communautés, à l’aménagement du territoire que
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Jean-François Aubin écrivait dans son billet du 28 janvier 2016 sur Nous.blogue que « Le lien entre ces deux composantes, élus municipaux et société civile, est sans aucun doute le plus grand des défis à court terme. Autrement dit, comment faire mieux travailler ensemble les élus et non élus.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin