Crise et Démocratie ou le difficile équilibre des forces

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Démocratie: Système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple. Le respect des libertés publiques est au cœur même du fonctionnement de la démocratie dite libérale. La démocratie est représentative lorsque les citoyens choisissent des représentants pour exercer le pouvoir en leur nom. C’est le cas du parlementarisme québécois et canadien.

Crise : Manifestation soudaine et violente dans l’évolution d’une situation, phase grave, moment très difficile, rupture d’équilibre.

Dictionnaire de français Larousse 2019

J’avais le goût d’intituler ce texte Crise et Châtiment, afin de résumer l’année qui se terminera bientôt… 2020 aura été une année unique dans notre histoire, elle l’aura été dans l’histoire de toute la planète. Tout imbus de notre supériorité d’Homo sapiens, nous avons été confrontés comme nous ne l’avons jamais été à un organisme de quelques nanomètres qui a réussi à mettre à genou l’humanité tout entière. Et malgré tout, en dépit des défis majeurs rencontrés, nous avons réussi, au Québec et au Canada, à maintenir un mode de vie et une qualité d’environnement enviables.

À cet égard, nos dirigeants se sont montrés actifs et diligents dans un premier temps, et tout bousculés que nous étions, nous avons été attentifs aux recommandations et directives émises. La peur, de la maladie tout autant que de l’inconnu, peut-être de la fin du monde, ont fait œuvre afin de contribuer à assagir nos volontés de contradiction face à des « ordres » très restrictifs venant contrecarrer nos fonctionnements habituels.

Mais, on dit bien: «Chassez le naturel, il revient au galop!» Rarement une phrase aura traduit aussi fidèlement l’attitude d’une société. Alors que face à l’inconnu et la peur, nous étions prêts à écouter et à suivre les consignes «docilement», comme l’aura dit notre vice-première ministre Geneviève Guilbault, l’habitude et même la lassitude face à la menace nous a ramenés à nos comportements de Gaulois.

Comment ça, des restrictions? Pourquoi? Qui décide? Et voilà que le leadership des dirigeants, d’abord largement salué, est devenu entrave outrageuse à la liberté! De fait, la crise est toujours la même, le gouvernement a toujours les mêmes priorités. Ce qui a changé, c’est notre propre façon de considérer ce «petit» virus. On a moins peur, on est plus confiants, plus fanfarons. Et surtout, notre fonctionnement bousculé depuis des mois nous dérange, nous opprime…

On dit que dans les crises politiques, le plus difficile pour un leader n’est pas de faire son devoir, mais de le connaître. Et s’il est une chose que nos gouvernements ont bien montré, c’est la grande responsabilité assumée face à cette crise. Pas besoin de regarder bien loin sur la planète pour constater la pertinence de plusieurs décisions… Ici, elles ont été prises et mises en œuvre par des dirigeants tout à fait légitimés de le faire. S’ils ne l’avaient pas fait, nous leur aurions reproché leur laxisme et leur irresponsabilité Mais, puisqu’ils l’ont fait, nous leur reprochons maintenant de nous limiter dans nos libertés.

On pourra certainement faire un post-mortem de toute cette crise. Et il faudra le faire en ayant en tête que personne, PERSONNE n’avait de réponses toutes faites face à la situation. Tout le monde a composé au meilleur des données scientifiques et sociologiques dont chacun disposait.

Et rappelons-nous: une pandémie est une épidémie présente sur une large zone géographique internationale. Dans le sens courant, elle touche une partie particulièrement importante de la population mondiale. Les pandémies surviennent lors de déséquilibres majeurs liés à des modifications sociales et environnementales. Va pour le déséquilibre de santé. Mais on n’a pas vu de déséquilibre de démocratie dans les derniers mois, au contraire! On a vu des élus prendre toute la mesure de la situation et mettre en œuvre les solutions connues ou créées pour les circonstances. Des personnes à qui nous avions déjà, collectivement, accordé notre confiance. De façon toute démocratique. Et ces personnes ont géré la crise totalement démocratiquement, pour notre plus grand bien. (Une fois encore, regardez chez nos voisins américains…) Même si les décisions n’ont pas fait l’unanimité à tout coup, elles étaient prises pour le bien du plus grand nombre!

Face à l’éclosion incontrôlée de la COVID-19, cette pandémie qui nous entoure toujours et qui en a déjà étouffé plusieurs demeure omniprésente; et nul doute qu’elle restera dans nos vies encore quelques temps. Alors pour tous ces leaders qui, au quotidien, prennent des décisions difficiles, merci d’être là!

Et pour nous tous, c’est sur nous et sur notre résilience que nous miserons pour affronter la suite des choses. Collectivement! Et solidairement! Pas nécessairement de façon docile, mais de façon respectueuse de toutes les parties de la société! C’est la force des choses!

Commentaires partagés sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

ARTICLES CONNEXES