Si j’ai apprécié l’arrivée de femmes et de jeunes à la tête de grandes villes lors des élections municipales du 7 novembre, j’ai été choqué de constater le faible taux de participation (38 %), en baisse par rapport à 2017, et le fait que 4 291 postes d’élus municipaux sur 6 942
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
En bout de course électorale, une constatation désolante s’impose de nouveau à qui s’attache à comprendre la dynamique et  les enjeux plus fondamentaux de la démocratie québécoise au lendemain du 7 novembre. La gouvernance municipale – à laquelle est étroitement rattaché le développement local et régional – est comme
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Récemment j’ai eu l’opportunité de participer à un webinaire organisé et animé par Communagir. Celui-ci nous invitait à un partage de réflexions sur l’actuel contexte électoral et d’en dégager certaines perspectives ou opportunités en regard de l’intervention collective. Ce fût là un échange des plus enrichissants et à cette
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Réduire notre empreinte écologique, parce que la planète n’en peut plus. Parce que la planète c’est plus que des champs de maïs, de soya et des pâturages. Mais pour réduire notre empreinte, il faut commencer par le vouloir ! À moins, bien sûr qu’on compte sur les prochaines crises
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Vous avez déjà entendu parler de société complexe? De la loi des rendements décroissants? Des causes de déclin et d’effondrement de civilisations?  De l’effondrement des sociétés complexes? C’est le titre du livre de Joseph A Tainter, anthropologue, paru en 1988 et réédité récemment. Il y aborde la question de
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
La question de la lutte contre le réchauffement climatique est de la responsabilité de TOUS les gouvernements, y compris des municipalités. Une candidate ou un candidat qui n’a pas cette vision de «gouvernement de proximité» est pour moi d’une autre époque.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
L’utilisation du mot «systémique» me réjouit parce qu’il ouvre une porte vers la complexité et l’interdépendance des choses, mais je suis bien conscient qu’il peut aussi les rendre plus obscures.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin