Le gouvernement provincial, via la Société d’habitation du Québec (SHQ), a amorcé une tournée de consultation dans toutes les régions du Québec sur ses programmes et sur le rôle des partenaires dans le domaine de l’habitation. Est-ce que ce sera une consultation bidon? Il est à souhaiter que non. L’habitation c’est plus qu’un toit. C’est une stabilité dans la vie. C’est un point de repère. C’est l’endroit où l’on recharge nos batteries, où on se retrouve dans le calme pour pouvoir rebondir et affronter le « monde extérieur » et les défis qui nous y attendent.

Mais encore faut-il en avoir une habitation qui réponde à ses besoins. Il faut pouvoir se « payer » ce lieu de protection. Actuellement, plusieurs personnes dans la pauvreté n’ont pas les moyens de se payer ce logement. Et avoir un logement, c’est une base mais il faut voir quel logement. Est-il salubre, suffisamment isolé pour que l’on n’y gèle pas en hiver, suffisamment isolé pour ne pas entendre constamment le voisin d’à côté, suffisamment grand pour ne pas vivre les uns sur les autres. Et qu’arrive-t-il lorsque, soit par les capacités qui diminuent souvent avec l’âge ou à cause de la maladie, je ne suis plus capable de bien entretenir mon logement, mon habitation.

Le logement c’est tout cela. Mais c’est aussi le lieu de proximité où je peux commencer à développer des liens avec des voisins. Où je peux développer de l’entraide dans ce monde du chacun pour soi. C’est également par le logement que je peux « m’ancrer » dans un quartier ou dans un village. En faire mon lieu d’appartenance, l’endroit autour duquel se développe une communauté de gens qui apprennent à se connaître, à échanger, à se solidariser. Le logement accessible de qualité c’est aussi ce qui peut contribuer à éviter que des villages se vident de leur population. Pour les personnes qui peuvent grâce au logement social ne pas mettre plus de 25% de leur revenu à payer leur logement, c’est un pas dans la bonne direction pour sortir de la pauvreté.

Bref, le logement c’est bien plus que d’avoir un toit sur la tête! Le Québec a besoin d’une politique d’habitation avec une vision à long terme. Pas seulement des programmes dans lesquels parfois on met un peu d’argent et parfois pas. Le Québec peut se donner un plan d’action, avec des cibles et des moyens pour utiliser le logement comme axe majeur de développement de nos régions et de nos villes. Ne serait-ce pas un beau projet? Qu’en pensez-vous? Et vous, si vous étiez au gouvernement, vous commenceriez par quoi?

Commentaires partagés sur Facebook

commentaires

Commentaires si vous n'avez pas de compte Facebook

Votre commentaire

Jean-François Aubin
Jean-François Aubin

Passionné du développement des communautés, je suis également conseiller municipal à la Ville de Trois-Rivières depuis novembre 2013. Cela me permet de regarder avec un œil différent le développement de nos milieux. J’ai été auparavant au Réseau québécois de revitalisation intégrée et j’ai aussi coordonné un magnifique projet, soit la Démarche de revitalisation des premiers quartiers de Trois-Rivières. Ajoutez à cela mon implication dans le secteur de l’économie sociale et vous commencez à avoir un bon aperçu de mon parcours. J’ai aussi la chance d’enseigner en Techniques de travail social ce qui me permet de me questionner sur comment nous transmettons à des plus jeunes le goût du développement collectif.