1985 ou 1986. Élections municipales. J’ai 9 ou 10 ans. Je suis en 5e année, j’ai mon premier contact avec la démocratie de proximité et j’ai compris l’importance d’aller voter.

Comment ? Une enseignante pas comme les autres a fait de la campagne électorale son projet de classe. Elle nous a expliqué ce qu’est un district, ce que fait un conseiller municipal, un maire ou une mairesse. Elle nous a présenté tous les candidats. Nous a expliqué ce qu’est un citoyen, quels sont nos droits. J’ai appris que je pouvais m’exprimer en tant que citoyenne et même me présenter aux élections si je le souhaitais. J’ai appris les grands principes de la démocratie participative, l’importance d’aller voter, la responsabilité d’aller voter.

Je me rappelle même de la photo de la candidate de notre district. En fait, quand j’en ai parlé à la maison, mes parents m’ont appris qu’ils étaient impliqués dans sa campagne électorale. Ils m’ont même amenée à la soirée électorale. Elle a gagné, c’était l’euphorie.

C’est particulier que je me souvienne de tout ça, je ne suis pas du style à me rappeler le genre de trucs que j’ai fait au primaire.

En fait, avec du recul, je me rends compte que ce qui m’a marquée dans tout ça, c’est que j’ai compris que j’avais des droits et responsabilités comme citoyenne, mais surtout que j’avais du pouvoir, le pouvoir d’agir sur ce qui se passe autour de moi et que je n’étais pas la seule à le détenir, que je le partageais avec d’autres. C’est devenu un élément fondateur dans ma vie, c’est devenu le centre et le sens de mon travail.

Est-ce que c’était au programme éducatif cette année-là ? Je n’en sais rien. Mais il me semble qu’il y a des ingrédients importants dans cette expérience. Devrait-on inscrire la démocratie dans nos programmes éducatifs ? Je crois sincèrement que c’est une clé importante pour permettre aux enfants et à leurs parents de se réapproprier leurs citoyennetés, leurs capacités à développer leur petit ou grand coin de pays.

En tout cas, à partir du moment où j’ai eu 18 ans, j’ai voté à toutes les élections. J’ai parfois annulé mon vote, parfois voté par anticipation parce que je quittais le pays, mais j’ai toujours exercé mon devoir de citoyenne. Toujours.

 

Je vous souhaite un excellent 5 novembre et je lève particulièrement mon chapeau à l’ensemble des candidats de toutes les municipalités ! Bonnes élections !

 

 

Commentaires partagés sur Facebook

commentaires

Commentaires si vous n'avez pas de compte Facebook

Votre commentaire Required fields are marked *

Marie-Denise Prud'Homme
Marie-Denise Prud'Homme