Participation des citoyens  au municipal: Il est grand temps!

La participation des citoyens et des citoyennes à la vie municipale, est-ce seulement un rêve, une utopie?  NON, c’est de plus en plus une réalité souhaitable et concrète.

Voici quelques exemples existants : Boucherville s’est dotée d’un Secrétariat à la participation citoyenne en 2011 dont la mission est de « Soutenir le conseil municipal dans l’actualisation d’une démarche participative menant à une appropriation, par les citoyens, de leur milieu de vie»[1]. Boucherville a également une politique de consultation citoyenne et un code d’éthique et de déontologie de la participation citoyenne.

La ville de Saint-Augustin-de-Desmaures sonde régulièrement ses citoyens sur différents sujets liés à la vie municipale et publie les résultats de ces sondages. La ville de Laval s’est notamment engagée vers une politique de données ouvertes, autrement dit, la ville va rendre disponible progressivement le maximum de données qu’elle possède. La ville de Gatineau s’est donné un cadre de référence en matière de participation des citoyens à la vie municipale. La ville de Beloeil a adopté une politique d’information et de consultation publique.

D’autres villes sont à l’œuvre. Terrebonne a donné un mandat à l’Institut du nouveau monde (INM) de mener une consultation  sur la participation citoyenne auprès de ses résidents. Rosemère travaille dans le même sens et aura bientôt sa politique de participation citoyenne.

Le maire de l’Assomption organise des « cafés citoyens » sur différents sujets concernant le développement de la ville. L’arrondissement de Lachine a pris une initiative majeure en décidant de rendre publique, pour ceux qui le souhaitent, les sommaires décisionnels (habituellement préparés par les fonctionnaires pour permettre aux élus municipaux de bien comprendre les résolutions à voter) pour chacun des points à l’ordre du jour. Le conseil municipal de Trois-Rivières a décidé de donner accès aux journalistes aux séances de travail préalables à la tenue des séances publiques.

La ville de Chateauguay a développé un portail citoyen pour favoriser l’échange entre les citoyens et la ville et ce, à partir soit d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un téléphone intelligent.

Finalement,  on ne pourrait pas passer sous silence les différentes expériences de budget participatif. Des villes telles St-Basile-Le-Grand, Baie-Saint-Paul, Joliette, Matane, l’arrondissement du Sud-Ouest et l’arrondissement du Plateau Mont-royal sans oublier Nicolet, ont décidé de consacrer une partie de leur budget pour permettre aux citoyens et citoyennes de faire leurs choix et leurs priorités.

Ce ne sont là que quelques exemples qui illustrent bien vers quoi plusieurs municipalités cheminent. Même du côté gouvernemental, des pas sont faits dans cette direction. Le ministère des affaires municipales et de l’occupation du territoire mandatait récemment un groupe de travail pour établir un cadre de référence en matière d’urbanisme participatif[2]. Quelle orientation prendra le nouveau gouvernement à ce chapitre?

À suivre!

 

______________________________

[1] https://boucherville.ca/secretariat-a-la-participation-citoyenne/

 

[2] https://www.mamot.gouv.qc.ca/fileadmin/publications/amenagement_territoire/documentation/urbanisme_participatif_rapport_groupe_travail.pdf

 

 

 

 

 

Commentaires partagés sur Facebook

commentaires

Commentaires si vous n'avez pas de compte Facebook

Votre commentaire

Jean-François Aubin
Jean-François Aubin

Passionné du développement des communautés, je suis également conseiller municipal à la Ville de Trois-Rivières depuis novembre 2013. Cela me permet de regarder avec un œil différent le développement de nos milieux. J’ai été auparavant au Réseau québécois de revitalisation intégrée et j’ai aussi coordonné un magnifique projet, soit la Démarche de revitalisation des premiers quartiers de Trois-Rivières. Ajoutez à cela mon implication dans le secteur de l’économie sociale et vous commencez à avoir un bon aperçu de mon parcours. J’ai aussi la chance d’enseigner en Techniques de travail social ce qui me permet de me questionner sur comment nous transmettons à des plus jeunes le goût du développement collectif.