La lutte contre le réchauffement climatique et la pollution, le droit à l’avortement, l’accueil des immigrants, l’ouverture sur le monde, les droits de la personne, la place des femmes, le respect des différences – et même : la vérité, le bon sens, probablement la liberté de presse, …

La vague qui a porté ce clown effrayant, et son cortège, faite bien sûr de colère, de ressentiment, en partie justifiée, mais aussi de peur et d’ignorance, menace maintenant de tout emporter.

Les sondeurs ont sondé. Ils n’ont pu intégrer parfaitement à leurs calculs cette part de colère muette, de ressentiment, le vote « honteux » qui s’est traduit par une formidable prime à l’urne en faveur de Trompe.

Or, le système électoral et les Américains ont tout de même donné le pouvoir à Trompe – à un homme qui représente pourtant le pire du pire de ce que détestent ces mêmes Américains qui l’ont élu.

Un jour peut-être un historien, s’il en reste encore qui soit soucieux de vérité à ce moment, racontera à quel point le monde était différent, encore vivable.

Oui. Peut-être.

Mais l’espoir est entêté.

Tristan Bernard, je crois, disait, au moment d’être arrêté par les Allemands pendant la guerre : « Nous avons vécu dans la crainte, nous vivrons désormais dans l’espoir ».

Je suis, quant à moi, pessimiste par conviction, optimiste par nécessité.

Commentaires partagés sur Facebook

commentaires

Commentaires si vous n'avez pas de compte Facebook

Votre commentaire

Dominique De Pasquale
Dominique De Pasquale

Conseil en développement et en communication stratégique, écrivain, Dominique de Pasquale a œuvré dans des secteurs diversifiés pour des entreprises et des organisations de toutes tailles. Il est l’auteur de textes pour la télévision, la radio, le théâtre et des publications. Deux livres ont été publiés aux éditions Leméac. Une troisième est en préparation avec le même éditeur. Il a été l’initiateur et le promoteur de plusieurs d’événements économiques au Québec et en Europe. Il est également président de Chic-Chocs Ressources et de Holding Grand Duc. Dominique de Pasquale a assumé des responsabilités de direction supérieure au sein de grandes organisations privées et publiques, dont l’Université de Montréal, le Gouvernement du Québec, la Banque Nationale et le Mouvement Desjardins. Il a prononcé de nombreuses conférences et dirigé ou réalisé plusieurs études, consultations publiques et analyses. Il a été chargé de cours au département de communication de l’Université de Montréal. Au fil de sa carrière, Dominique de Pasquale a été appelé à siéger à de nombreux conseils d’administration dont : Conseil supérieur de la langue française, Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Commission des normes du travail du Québec, Société de promotion Qualité-Québec (Direction générale), Centre d’études ethniques de l’Université de Montréal, Solidarité rurale, Caravane de la Tolérance, Association des banquiers canadiens (président du comité des communications), Hebdo-Science (président), Radio-Québec, Centre Christophe-Colomb (président), Musée des Beaux-Arts de Montréal, Amitié Québec-Italie (président), Conseil des Communautés culturelles et de l’Immigration (vice-président et président du comité des communautés culturelles), Association des communicateurs scientifiques du Québec (président), Conseil de l’Agence Science presse (président).