Actuellement, le gouvernement provincial a amorcé les discussions avec les villes et municipalités via les deux interlocutrices privilégiées, l’Union des municipalités du Québec et la Fédération québécoise des municipalités.  Des discussions qui ont comme objectif de conclure un « pacte fiscal » entre le gouvernement et les villes ou municipalités régionales de comté (MRC).

Ce n’est pas un débat public… pourtant, les décisions prises auront des impacts sur nous tous.

Le contexte est particulier.  D’un côté, un gouvernement qui a semble-t-il choisi d’éliminer le palier régional et de tout déléguer au « local », c’est-à-dire les municipalités. Tout cela, sur un fond d’austérité où l’opération, au final, doit lui permettre d’économiser.  De l’autre côté, des municipalités qui demandent depuis longtemps qu’on leur reconnaisse une autonomie plus grande à titre de « gouvernement local », et surtout une diversification de leur financement qui repose actuellement très majoritairement sur la taxe foncière… celle que tous les propriétaires paient à chaque année en grinçant des dents!

Le gouvernement a peur que cela lui coûte cher, les municipalités de se faire refiler de nouvelles responsabilités sans ressources adéquates.

L’enjeu oublié de ces discussions c’est que cette négociation va définir de nouveaux rôles aux municipalités et que tout cela ne se discute pas sur la place publique.  Ces nouveaux rôles sont encore flous… on y aborde possiblement un rôle dans le domaine de la gestion des immobilisations scolaires par exemple.  On leur remet entre les mains la coordination régionale des actions dans plusieurs domaines…. et cela, seulement si une coordination régionale est souhaitée.

Bref, oui à redéfinir le rôle des municipalités et des villes, mais cela ne devrait-il pas être un débat ouvert à tous?  N’est-ce pas un enjeu de société que de se demander ce que l’on veut que nos municipalités aient comme responsabilités?

Le grand oublié de ces discussions : le développement social, qui n’est même pas à l’ordre du jour.  Mais peut-on développer un territoire sans un travail de développement social?

Et si on prenait la parole publiquement?  Vous, quelle est votre vision du rôle des municipalités?  Y a-t-il des nouvelles responsabilités qu’on doit leur confier?  Est-ce que tout comme d’autres pays, les municipalités devraient avoir plus de responsabilités sur les plans scolaire, social et culturel?  Doit-on laisser libre la concertation régionale ou l’imposer?  Comment doivent être financées les nouvelles responsabilités des municipalités?

Allez hop! À votre clavier pour partager vos réflexions!

Commentaires partagés sur Facebook

commentaires

Jean-François Aubin
Jean-François Aubin

Passionné du développement des communautés, je suis également conseiller municipal à la Ville de Trois-Rivières depuis novembre 2013. Cela me permet de regarder avec un œil différent le développement de nos milieux. J’ai été auparavant au Réseau québécois de revitalisation intégrée et j’ai aussi coordonné un magnifique projet, soit la Démarche de revitalisation des premiers quartiers de Trois-Rivières. Ajoutez à cela mon implication dans le secteur de l’économie sociale et vous commencez à avoir un bon aperçu de mon parcours. J’ai aussi la chance d’enseigner en Techniques de travail social ce qui me permet de me questionner sur comment nous transmettons à des plus jeunes le goût du développement collectif.