Engagement : Acte par lequel on s’engage à accomplir quelque chose ; par lequel on prend parti sur les problèmes politiques ou sociaux par son action et ses discours. Promesse, convention par lesquels on se lie, à des commettants.

 

Voilà! C’est fait! Le 5 novembre dernier, les citoyens et citoyennes du Témiscamingue, ceux et celles qui habitent ce magnifique et vaste territoire, m’ont élue Préfète de la MRC de Témiscamingue. Le 13 novembre, une semaine après l’appui formidable que j’ai reçu, j’ai été dûment assermentée.

Faut-il croire que c’est à partir de maintenant que le travail commence? Oh! Que non!

Le travail a débuté il y a plusieurs années déjà quand je m’impliquais dans mon milieu de vie, à titre de bénévole, pour faciliter la tenue d’activités sportives ou culturelles, quand j’y travaillais en formation continue et que je mettais tout en œuvre pour répondre aux besoins exprimés. Il s’imprégnait déjà dans mes actions comme militante en environnement, en ruralité, en agronomie…

Ce travail de préfète, il s’est déjà nourri des idées entendues et des succès constatés ailleurs au Québec et source d’inspiration pour chez nous, alors que j’exerçais d’autres fonctions. Il s’est enrichi des nombreuses tournées réalisées avec les agronomes ou Solidarité rurale, ou de ce dialogue unique qu’a été Faut qu’on se parle.

Mais ce travail s’est véritablement ancré lors de la campagne électorale, exercice d’une incroyable richesse quand on prend le temps d’écouter vraiment ceux et celles qu’on a la chance de rencontrer plutôt que de se placer en mode promesses et promotion. C’est à ce moment-là que le travail a vraiment commencé, dès l’annonce de ma candidature cinq mois avant l’élection. Quand les personnes exprimaient leurs espoirs, leurs attentes ou encore leurs problèmes, le travail était déjà en cours, à discuter de ces enjeux et à questionner sur les éventuelles solutions, à entendre, à documenter, à réfléchir….

C’est dès ce moment-là que j’ai réfléchi aux fondements de mon engagement et que j’ai pu établir les assises du travail qui serait le mien, si on me portait à la préfecture. C’est dès lors que je prenais des engagements clairs face à cette population qui me manifestait intérêt et confiance, des engagements d’être au service des gens, d’être à l’écoute en tout temps et d’assumer un leadership rassembleur.

Cet engagement, j’ai aussi choisi de l’ancrer dans la sagesse et l’humilité de savoir reconnaître les bonnes idées de mes concitoyens et concitoyennes, dans la capacité à réunir leurs aspirations dans une vision claire du développement du Témiscamingue, et dans la mobilisation des forces vives du milieu. Une élue ne peut pas, ne doit pas gouverner seule.

J’entreprends maintenant cet engagement portée par la confiance que la population m’a témoignée et consciente des responsabilités qui vont de pair avec cette confiance. Et je profite de ce début de mandat pour rappeler que je m’engage à mettre toutes mes capacités, mes compétences et mon expérience au service de ma collectivité et des citoyens et citoyennes de la MRC de Témiscamingue, avec respect et écoute.

Je le ferai en agissant en politique comme je le fais dans ma vie, de façon transparente et respectueuse envers les autres, que ce soit des personnalités politiques, des interlocuteurs ou interlocutrices avec qui je travaillerai ou la population du Témiscamingue. Et je travaillerai au service des gens sans perdre de vue les idéaux qui m’animent.

 

Voilà ce à quoi je m’engage. Rien que ça! Mais tout ça!!

Et je prends cet engagement avec le plus grand bonheur!!

 

 

Par Claire Bolduc, agronome et Préfète de la MRC de Témiscamingue

 

 

Commentaires partagés sur Facebook

commentaires

1 Commentaires

Commentaires si vous n'avez pas de compte Facebook

Votre commentaire Required fields are marked *

Claire Bolduc
Claire Bolduc

Ancienne présidente de l’Ordre des agronomes du Québec, madame Bolduc représente bien le nouveau visage de la ruralité québécoise. Mère de quatre enfants, jeune grand-mère également, elle exploite, à Ville-Marie au Témiscamingue, un vignoble avec son conjoint.    Présidente de Solidarité rurale du Québec de mars 2008 à mai 2016, elle a milité pour que soit reconnue la juste place de la ruralité dans l’ensemble sociétal. Au cours de son mandat, elle a défendu la vision d’un territoire en partage et complémentaire, où les communautés rurales ont un rôle déterminant à jouer pour l’avenir du Québec. Elle connaît en outre bien le Québec rural, pour l’avoir parcouru afin de réfléchir avec les ruraux aux prochaines phases de développement du Québec rural.    Madame Bolduc cumule une trentaine d’années d’implication citoyenne dans les domaines agricole, rural, environnemental, éducatif et du terroir. En plus d’avoir assumé la présidence de son ordre professionnel, Madame Bolduc s’est impliquée auprès de Solidarité rurale du Québec de 2002 à 2006 et elle était, jusqu’à décembre 2007, présidente du Conseil des appellations agroalimentaires du Québec. Elle a également occupé plusieurs postes de responsabilités au sein d’organismes publics en environnement et en agriculture.