Ce qui m’inspire – Claude Béland

Comment ne pas être partisan du développement collectif dans un monde de plus en plus individualiste? On le sait maintenant, l’égoïsme est source d’injustices, de conflits, de fraudes et de guerres. On en connait les conséquences : le monde est en feu. Les relations entre les individus, ou entre les individus et leurs gouvernants sont suspectes. La présomption de bonne foi que reconnaissait le Code civil du temps jadis n’existe plus. Désormais le succès individuel est glorifié. Le succès et le progrès sont désormais l’appropriation d’une plus grande richesse que celle des autres. C’est ce que les médias glorifient. Les valeurs d’égalité et de fraternité, l’éthique du bien commun, se sont estompées et sont remplacées par les valeurs de liberté – mais non pas une liberté qui ne nuit pas à celle des autres, mais une liberté égoïste. Le “Un pour Tous, Tous pour Un” cède le pas à la liberté individuelle.

Voilà suffisamment de raisons pour m’allumer autour du développement collectif.

Commentaires partagés sur Facebook

commentaires

Claude Béland
Claude Béland

Je suis un avocat devenu président du Mouvement Desjardins. Une carrière d’une cinquantaine d’années au service du coopératisme. Une première étape en cabinet privé, ensuite à la Fédération des caisses d’économie et ensuite dans le réseau des caisses populaires. Retraité, je demeure actif comme consultant auprès des entreprises de l’économie sociale. Professeur associé à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal, j’ai présidé les États généraux sur la réforme des institutions démocratiques. Je suis président du conseil d’administration de la Fondation Lionel Groulx et du Conseil d’éthique de l’industrie des boissons alcooliques. Conférencier et auteur de plusieurs livres, je participe à de nombreux débats sur les défis contemporains.